top of page
  • Photo du rédacteurSabine Poussin Prost

Les orchidées du Gers : l'orchidée serapias

S'il est bien un moment que j'attends avec impatience, c'est celui où les premières orchidées sauvages pointent le bout de leur nez.


Le Gers où je réside, est réputé pour ses orchidées sauvages : on recense en France environ 160 espèces d'orchidées, et 40 sont présentes dans le Gers. Les terrains un peu sauvages, le sol calcaire sont propices à leur développement, et c'est un vrai bonheur que de les voir s'épanouir librement.


Entre fin mars et le début de l'été, je scrute avec attention les bas côtés des chemins que j'emprunte, les prairies où j'ai le plus le chance de les trouver.


Certaines sont faciles à repérer avec leurs couleurs vives : les orchidées pourpres, orchidées militaires, ou encore la gigantesque orchidée bouc... J'ai un faible pour les orchidées du type Ophrys, il faut souvent avoir de bons yeux car elles dépassent rarement les 15-20 cm et sont assez discrètes. Ce sont mes préférées, surtout l'ophrys bourdon qui ressemble à un petit lutin.


Au début du mois de mai, ce sont d'autres orchidées qui colonisent les friches et les garrigues : l'orchidée sérapias à labelle allongé. C'est une plante robuste qui peut atteindre 20 à 60 cm de haut.

Actuellement elles commencent tout juste à sortir de terre, elles font environ 10 cm et ne sont pas encore très fournies.


orchidée serapias vomeracea

Elle est assez simple à reconnaître : on dirait un épi de blé de couleur brique, pourpre, avec de longues bractées qui dépassent du casque.



Le labelle ressemble à une langue, mais à la différence du sérapias lingua, celle ci est recouverte d'une pilosité blanche. La couleur du labelle diffère également, celle de serapias lingua peut tirer sur le rose.


serapias labelle allongé

Si elles sont un peu moins spectaculaires que les ophrys, j'aime bien retrouver les serapias dans les prairies, car ce sont souvent des hôtels à insectes. Il n'est pas rare d'y trouver des butineuses qui sont endormies dans le labelle comme dans un duvet moelleux. Elles y passent la nuit et se mettent ainsi à l'abri du froid et de l'humidité.


C'est une espèce assez commune, qui fleurit entre avril et juin. Elle est présente en Europe.








66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page